Premières conséquences de la doctrine d’African Spir

J’ai revu hier soir sur Paramount Channel le film de John Frankenheimer « Seconds » que j’avais commenté ici:

https://unedemeuresouterraineenformedecaverne.wordpress.com/2014/07/19/john-frankenheimer-seconds-1966/

et admiré la scène (15 minutes après le début environ) où le banquier Arthur Hamilton se rend dans les locaux de la Compagnie et, après avoir refusé de signer le contrat, se trouve confronté au vieil homme (Will Geer) qui se révèlera être le directeur de la Compagnie, et qui le persuade de signer:

Ce personnage au regard si perçant et au sourire si inquiétant représente évidemment le Méphistophélès (Satan) du Faust de Goethe, sa stratégie est de persuader Hamilton de ce dont il est déjà convaincu au fond de lui même: sa vie n’a plus aucune valeur, il est déjà mort aux yeux de sa femme et de sa fille, à toutes les objections d’Hamilton (bateau pendant les vacances, prochaine promotion comme directeur général de la banque, etc..) le « vieux » a la réponse :

« Cela n’est rien..il n’y a plus rien…que du vent…cela n’existe plus »

Il a dû bien relire son Ecclésiaste (QOHELETH) avant…

Mais si l’on y réfléchit ne pourrait on pas étendre son « argumentation » un peu plus loin, à toute forme d’existence humaine ?

Et en arriver aux accusations radicales de Méphistophélès contre toute la création, destinée à être « raflée dans le néant »?
Ce que ne fait pas « le vieil homme » dans « Seconds »: nous sommes à New York en 1966, le diable est devenu entrepreneur et philanthrope, c’est ce qu’il dit à la fin du film et nous pouvons le croire sur parole: il a fondé cette « Compagnie » pour soulager la misère humaine, pas la misère matérielle car il ne s’adresse qu’aux gens riches, mais la misère « métaphysique » du « pauvre comédien qui se pavane sur la scène une heure durant et qu’ensuite on n’entend plus ».

Mais ce doux rêveur enregistre des échecs, de plus en plus nombreux sont les « clients » qui ne se plaisent pas dans leur nouvelle « incarnation », et ce pauvre diable est prisonnier de sa « création », il a maintenant un conseil d’administration, des sommes importantes sont en jeu, il ne peut pas démissionner purement et simplement.

D’autres rêveurs, plus ou moins doux, ont connu la même terrible situation : pensons à ceux qui, en 1981, voulaient « changer la vie », seulement c’est la vie qui les a changés, apparemment…pensons aussi à ceux qui en Russie, en Allemagne, voulaient créer un « homme nouveau »; seulement en guise de nouvel homme (dont parlait aussi Louis Claude de Saint Martin mais en un tout autre sens) c’est toujours le même misérable comédien qui se pavane sur la scène une heure durant, récitant son « histoire racontée par un idiot, pleine de bruit et de fureur, qui ne signifie rien ».

Nous voulons ici appliquer la méthode scientifique (si cela est possible, et quel que soit le sens réel de ces mots, qui reste à préciser) à la vie et au développement spirituels: nous utilisons les thèses philosophiques que nous étudions ici comme hypothèses, qui doivent être vérifiés. Seulement dans les sciences « dures » comme la physique, la vérification se fait de manière ultime sur les résultats numériques, quantifiables, des expériences.

Ce problème crucial devra être réglé en son temps: comme le « vieil homme » du film « Seconds » nous devons procéder par essais-tâtonnements-retours en arrière et apprendre de nos erreurs.

L’un des critères les plus importants de la « vérification » devra évidemment être, comme en physique d’ailleurs, le surcroît d’intelligibilité procurée.

Et si nous suivons, à titre d’hypothèse, la thèse d’African Spir, nous comprenons le « péché intellectuel et donc moral » du « vieil homme » dirigeant la Compagnie dans le film de Frankenheimer : si « le monde » et l’existence en ce monde est réellement une « anomalie », quelque chose qui ne devrait pas être, alors il est évidemment illusoire de vouloir artificiellement (et de manière immorale) d’existence en arrangeant un accident de manière à se faire passer pour mort.

Et d’ailleurs d’où viendra le cadavre que l’on retrouvera et prendra pour nous? Ici se trouve l’amorce de la fin absolument terrifiante et diabolique du film, qu’il est aisé d’entrevoir au début, mais c’est tout l’art de Frankenheimer de nous captiver assez pour nous empêcher de nous poser ces questions embarrassantes et si « techniques »..

Une telle « Compagnie » demeurera heureusement de la science fiction, par contre la « solution » trouvée par Jack Nicholson dans « Profession reporter » (se faire passer pour quelqu’un qui nous ressemble un peu et qui est mort dans la chambre à côté dans un hôtel perdu en Afrique) est de l’ordre du possible, quoique très improbable, mais elle se termine très mal dans le film d’Antonioni, mis à part le fait que cette fin donne lieu à l’un des plus beaux plan-séquence du cinéma, à égalité avec la fin de « Citizen Kane »: un meurtre qui se déroule sous nos yeux, mais où l’on ne voit ni n’entend rien.

Et la dernière phrase du film, prononcée par l’épouse du reporter joué par Jack Nicholson, devant le cadavre de son mari que la police lui demande de reconnaître :

« je ne l’ai jamais connu »

un peu la même chose que ce que dit la « veuve » d’Hamilton à…son mari mais qu’elle ne reconnaît pas car il a maintenant le corps de Rock Hudson et s’appelle ANTIOCHUS Wilson.

Ce qui est par contre humainement acceptable c’est de tenter d’améliorer sa vie personnelle en changeant de profession, en divorçant, etc…mais puisque « le monde est une anomalie » l’objectif ultime doit être d’en sortir.

Mais en sortir en quel sens? pas en un sens physico-matérialiste, car le monde est tout ce qui arrive, donc toute sortie en ce sens se produirait dans le monde, et ne serait pas une véritable sortie; à moins d’être la mort par suicide, mais cela signifierait que toute possibilité d’évolution spirituelle serait perdue, avec l’extinction de la vie.

Non, sortir du monde consiste en un « salut intellectuel » ( par la compréhension de ce qu’est l’anomalie en quoi consiste le monde, non par la prière dirigée vers un « Dieu » qui aurait créé le monde pour ses créatures), qui n’est autre que la « nouvelle naissance », une conversion à l’ordre de l’esprit et une victoire intérieure sur l’ordre de la chair qui est celui des guerres et des religions…des guerres de religions.

Aussi est il normal de vouloir améliorer et « changer » sa vie, mais en gardant en vue cet objectif ultime: la nouvelle naissance.

Autre conséquence de la pensée de Spir : le regard porté sur les religions et leur « Dieu créateur » ( ou leurs dieux)
Si le monde est une anomalie qui ne devrait pas être, il ne peut avoir été créé par Dieu, qui ne saurait donc être accusé du mal existant dans le monde.

Il ne faut pas non plus s’orienter vers une doctrine de type marcionite ou gnosticiste où le rôle de créateur du monde serait attribué à un « mauvais démiurge »: car ce serait attribuer au monde un statut de réalité substantielle.

La pensée de Spir, comme celle de Brunschvicg, conduit vers une révolution religieuse où le « Dieu d’En Haut », suréminent, qui est le Dieu créateur et transcendant d’Abraham, qui intervient dans le cours du monde qu’il a créé (mais en ce moment il est dans l’embarras, car il semble qu’il ait vendu deux fois, à deux peuples différents, une parcelle de terre appelée Palestine par les uns, ISRAËL par les autres) est remplacé par le « Dieu du dedans », Dieu de la réflexion qui n’intervient pas dans l’histoire, sauf par ce « mouvement que nous avons tous, théoriquement du moins, pour aller plus loin » dans la progression vers la sagesse.

La démocratie véritable, et la paix durable (en particulier au Proche et au Moyen Orient), à pour condition préalable ce remplacement du Dieu créateur et transcendant, « mensonge vital », se partageant en traditions ethniques rivales, par le Dieu de la réflexion.

Bien entendu ceci n’invalide pas mon soutien à ISRAËL, sur lequel je me suis déjà expliqué ici, et qui n’est certainement pas une approbation des pires fables de la Torah sur un mode réaliste qui serait un titre de possession de cette terre accordé par un Dieu intervenant dans l’histoire humaine.

Conception de Dieu dont Simone Weil a montré qu’elle conduit aux pires génocides.

« SECONDS » (= « L’opération diabolique ») de John Frankenheimer passe ce soir sur Paramount Channel à 20 h 40

Je viens de l’apprendre en regardant le programme sur ma Freebox que j’ai depuis quelques jours seulement.
Il passe ce soir samedi 19 juillet à 20h40 : « L’opération diabolique » (titre américain : « SECONDS »)

MOdification ? Maintenant 18 h ils disent que c’est demain dimanche 20 h 40

Paramount Channel: L’opération diabolique (Seconds) de John Frankenheimer 19 juillet à 20h 40

Et à 16h 19 sur la même chaîne il passe « L’enfer est pour les héros » et ce soir à 0h 09 « Psychose » de Hitchcock et demain à 16h19 « Le gouffre aux chimères » (« Ace in the hole ») de Billy Wilder

SECONDS ou L’opération diabolique de John Frankenheimer 1966

Et pour « Le gouffre aux chimères » mes deux articles:

Billy Wilder : le gouffre aux chimères 1951

et

Le gouffre aux chimères autres clips

Quod vitae sectabor iter?

Doutant s’il rêvait ou s’il méditait

Et vous que choisissez vous comme orientation ?

ANTIOCHUS ou CHRIST ?

ANTIOCHUS c’est à dire Hitler, Mahomet, etc…Arthur Hamilton..

Je fais référence au personnage du film « SECONDS » de John Frankenheimer, voir:

John Frankenheimer: SECONDS (1966)

Attention c’est un choix qui engage: pas le choix d’Antiochus (si l’on est assez habile pour gommer Hitler) mais celui de Christ (qui ne consiste absolument pas à se convertir au christianisme)

C’est LE CHOIX : aussi faut il réfléchir avant, et avant de réfléchir FAIRE SILENCE.

Réfléchir pas jusqu’à la mort, mais peut être sept jours…ou sept ans?

Et réfléchir dans le silence de la vraie solitude…

sans la présence d’un petit homme sardonique qui vous susurre à l’oreille :

« Il n’y a plus rien à attendre, n’est ce pas ? Tout est raflé dans le néant…il n’y a plus rien… »

John Frankenheimer : SECONDS (1966)

http://fr.m.wikipedia.org/wiki/L’Opération_diabolique

Cette « pépite oubliée » depuis près de 50 ans ressort en salles à Paris depuis le 16 juillet.

1966 c’était déjà une époque de mutation pour les USA et pour tout l’Occident, qui allait aboutir à 1968, et qui suivait l’ère beatnik des années 50.

Drogue, rock, « libération » sexuelle, et le film fait explicitement référence au dionysiaque quand le banquier Arthur Hamilton , fatigué de l’existence, devenu à la suite de l’opération diabolique le beau Tony Wilson (Rock Hudson) et vivant sur une plage paradisiaque en Californie, découvre en compagnie de sa nouvelle compagne Nora Marcus (Marcuse ?) les joies des bacchanales et de l’orgie de ces dévôts nus foulant le raisin dans la cuve

Mais comme on le sait d’après Euripide le dionysisme est un folklore qui peut sembler sympathique à des cadres blancs un peu coincés mais…de loin.

Et l’atmosphère de folie de ces années là en Californie (hippies, drogue, filles aux fleurs dans les cheveux, orgies de groupes, et surtout multiplication des sectes les plus dangereuses) a abouti à l’épisode du meurtre rituel de l’actrice Sharon Tate par Charles Manson et sa bande en 1969.

Au fond, ce que fait dans ce film (qui est un chef d’œuvre, à voir absolument) la mystérieuse « Compagnie » en vendant à de riches hommes quinquagénaires le rêve censé être le leur : avoir une vie nouvelle, libérée de toutes responsabilités familiales ou professionnelles, où ils pourront enfin « s’éclater » comme on dira dans les années 80, ce n’est rien d’autre que le symbole de la très réelle mutation anthropologique des années 60, transformant l’homme occidental névrosé en « l’homme sans gravité » décrit par le professeur Melman: celui, psychotique et orgiaque, qui s’agite en ce moment sous nos yeux effarés dans les manif pro- Palestine ou en faveur du mariage pour tous, ou de la régularisation de tous les clandestins..

Cette mutation, qui vient de loin (j’ai déjà dit que selon moi l’origine en est dans la surimposition des Lumières du 18 eme siècle aux Lumières cartésiennes du 17 eme siècle) est tout simplement l’hyperindividualisme consumériste qui s’est imposé maintenant au monde entier.

Or il y a là une contradiction flagrante car la consommation ne peut être individualiste : on veut, à l’aide de Sainte Publicité, ce que veulent les autres, d’où la course à la richesse.

Dans le film, Tony Wilson (Rock Hudson) explique ainsi sa déception devant sa nouvelle « existence » aux cadres de la Compagnie:

« Ce que j’aurais voulu c’est choisir moi même , mais jamais je n’ai pu le faire, j’ai travaillé toute ma vie pour acquérir des objets, dont le désir m’avait été imposé, jamais pour vivre en commun avec d’autres êtres humains »…tout est dit sur l’atomisation individualiste moderne, où l’on reconnaît aussi ce que le catharisme de José Dupré appelle le « contre être »: éternité réduite en poussière du temps.

Le « trajet » d’Arthur Hamilton rappelle celui du journaliste David Locke joué par Jack Nicholson dans « Profession reporter » de Michelangelo Antonioni, autre chef d’œuvre, la mystérieuse organisation en moins:

http://fr.m.wikipedia.org/wiki/Profession_:_reporter

dans ce dernier film, David Locke, déçu lui aussi par sa vie, profite d’une opportunité (son voisin d’hôtel en Afrique succombe à un infarctus) pour changer d’identité, donc de vie croit il..sauf que celui dont il prend l’identité était traficant d’armes, recherché par des tueurs..et je crois que la scène finale de l’assassinat en Espagne, en un unique plan séquence de plusieurs minutes, est peut être la plus grande scène du cinéma, avec celles finales aussi, de « Citizen Kane » et « There will be blood ».

Le fait d’avoir une existence minable et ratée, sans argent, sans travail, sans femme, est certes un problème.

Mais le vrai problème , métaphysique, est celui de l’existence humaine, pas celui de telle ou telle existence: et il appelle l’acte de réfléchir sur son orientation dans la pensée et l’existence, celui du « Quod vitae sectabor iter ? » dans le songe de Descartes, qui s’est réduit de nos jours au choix de la profession, du conjoint, et plus tard de la voiture et des dates de vacances.

Le sens profond du film est donc d’ordre religieux, en témoigne le prénom principal de Tony Wilson qui est ANTIOCHUS, ce qui renvoie à ANTIOCHUS Epiphane considéré par certains comme Antéchrist, celui qui veut empêcher la naissance du Christ, du « Fils de l’homme » (et non pas Fils de Dieu) dans l’Evangile:

http://www.infobretagne.com/antiochus-jesus-christ.htm

et bien sûr la signature du contrat avec la Compagnie évoque le personnage de FAUST, qui est la figure historiale et destinale de l’homme occidental perverti par les fausses Lumières, et impuissant à s’élever à ce qu’il doit être réellement selon Brunschvicg:

‘L’homme occidental selon Léon Brunschvicg

Mais la « fausse rédemption » matérialiste offerte à ses riches clients par la Compagnie n’est qu’une perversion de la « nouvelle naissance » de l’Evangile de Jean dont là encore le véritable sens est donné par le « christianisme des philosophes » de Brunschvicg et Spinoza:

Le salut est au prix d’une seconde naissance qui seule ouvre le Royaume de Dieu

perversion qui était aussi le thème d’un autre chef d’œuvre, d’Alain Resnais cette fois: « La vie est un roman »

http://fr.m.wikipedia.org/wiki/La_vie_est_un_roman

là encore l’origine « asiatique » de la perversion et donc de l’échec du projet est fortement suggéré par la présence des servantes chinoises qui distribuent les drogues chargées d’assurer la « nouvelle naissance », mais la cause de la catastrophe est qu’il ne saurait y avoir de projet collectif de cette sorte ( ce qui ressemblerait à l’homme nouveau des nazis et des communistes) et aussi au fait que le Comte Forbek tenté de transporter dans le nouveau monde suivant la nouvelle naissance un élément vital, non spirituel : sa passion amoureuse pour Livia.

(Attention, « asiatique » ne fait pas référence à une race, il n’y a pas de races supérieures ou inférieures: Asie ou Orient nomme simplement le monde d’avant la ligne de démarcation cartésienne).

Comment oserais je ne pas donner le lien de l’évangile sur le dialogue de nuit entre Jésus et Nicodème :

http://bible.catholique.org/evangile-selon-saint-jean/3266-chapitre-3

« 3 Jésus lui répondit: « En vérité, en vérité, je te le dis, nul, s’il ne naît de nouveau, ne peut voir le royaume de Dieu. »

Seulement mon admiration pour le christianisme véritable ne peut m’interdire de signaler que la « nouvelle naissance » est aussi un thème des sectes dionysiaques, puisque Dionysos est deux fois né

Et je me souviens d’un propos du psychanalyste Tobie Nathan , selon lequel « Dionysos a finalement réussi à monter au ciel, sur l’Olympe, et à s’asseoir à la droite du Père, mais sous le nom de Jésus Christ »

C’est le christianisme des philosophes, vérité du christianisme, qui nous permet de discriminer entre la nouvelle naissance dionysiaque, infernale, celle en ANTIOCHUS, celle du film de Frankenheimer, et la nouvelle naissance selon Saint Jean et selon Saint Brunschvicg : naissance du Christ-Logos en l’homme , ce qui nous est aussi rappelé par le vers d’Angelus Silesius dans le « Pèlerin chérubinique:

« « Dieu doit naître en toi. Le Christ pourrait bien naître des milliers de fois à Béthléem, s’il ne naît pas en toi, ta perte est éternelle »

je signale juste l’horreur profonde de la scène finale du chef d’œuvre qu’est « Seconds », correspondant à l’horreur de la naissance en ANTIOCHUS, qui est celle qu’ont choisie les hommes occidentaux faustiens pervertis que nous sommes…mais nous avons les ressources pour changer ce choix (les œuvres de Brunschvicg et Descartes notamment):

Les classiques des sciences sociales : Œuvres de Léon Brunschvicg

…comme quoi le monde où nous vivons est un peu moins atroce que celui de « SECONDS »