Viols horribles commis par les soldats américains (souvent noirs) pendant la guerre de 39-45: guerres d’Idées et guerres comme « aventures érotiques »

Henosophia TOPOSOPHIA μαθεσις uni√ersalis τοποσοφια MATHESIS οντοποσοφια ενοσοφια

Cette vidéo sur YouTube parle surtout des viols commis en France, après le  6 juin 1944 ( le premier eut lieu le 14 juin, et le coupable fut pendu 2 mois plus tard), et un peu de ceux commis e…

Source : Viols horribles commis par les soldats américains (souvent noirs) pendant la guerre de 39-45: guerres d’Idées et guerres comme « aventures érotiques »

Voir l’article original

Publicités

Ernst Jünger : « Fraternité d’armes »

DF | Dissidence Française

Ces hommes, dont l’existence dans le langage de l’arrière était peinte en quelques mots, comme « camaraderie » ou « fraternité d’armes », n’avaient rien laissé derrière eux de ce qui faisait leur vie en temps de paix. Ils étaient les mêmes, transportés dans un autre pays, transposés dans une autre existence. Ils avaient donc aussi conservé ce sens particulier qui nous permet de percevoir le visage d’autrui, son sourire ou même le son de sa voix dans la nuit, et d’en déduire un rapport entre soi-même et l’autre.

Professeurs et souffleurs de verre qui ensemble montaient la garde, cheminots, mécaniciens et étudiants réunis dans une patrouille, coiffeurs et paysans guettant l’attaque, assis côte à côte dans les galeries, soldats de corvée de transport de matériel, de retranchement ou de soupe, officiers et sous-officiers chuchotant dans les recoins obscurs de la tranchée – tous formaient une grande famille, où les…

Voir l’article original 1 736 mots de plus

Hier le monde avait offert les Juifs aux nazis, aujourd’hui il en fait autant avec les Chrétiens d’Orient livrés à l’hydre islamique

Salem Ben Ammar

L’humanité tout entière est autant responsable que les musulmans dans la tragédie actuelle des chrétiens d’Orient.  Par leur silence, ils cautionnent le génocide perpétrés à leur égard au nom de l’islam.  Leurs bourreaux sont musulmans et appliquent à la lettre les préceptes coraniques qui recommandent aux musulmans de purifier leurs territoires de toute présence non-musulmane.

Qu’ils s’appellent Daech, la Qaïda, Frères musulmans, wahhabites, ils sont dans la logique textuelle de l’islam. Ils exécutent ce que le Coran ordonne et suivent l’exemple de Mahomet lui-même qui avait nettoyé l’Arabie de ses Juifs, Chrétiens nazaréens et polythéistes.

Croire en l’islam, c’est adhérer à une idéologie génocidaire, raciste, antisémite, mortifère, ultra-violente, haineuse, intransigeante et sans concession à l’égard de non-musulmans. Etre musulman modéré, c’est se mentir d’abord à soi. Car l’islam n’est  pas l’école de la demi-mesure et la pondération. Soit on est musulman et on se fond dans le moule mahométan. Où…

Voir l’article original 1 292 mots de plus

Nous sommes l’étoffe dont sont faits les rêves

Henosophia TOPOSOPHIA μαθεσις uni√ersalis τοποσοφια MATHESIS οντοποσοφια ενοσοφια

(Bogart à la fin du “Faucon maltais” de John Huston 1941) Le texte de Shakespeare est ici : “We are such stuff As dreams are made on; and our little life Is rounded with a sleep.&…

Source : Nous sommes l’étoffe dont sont faits les rêves

Voir l’article original

Penn Professor Thrown Off Plane After Woman Sees Him Doing Strange Notations . . . That Turn Out To Be Math Calculations

JONATHAN TURLEY

1462648388625 I am not sure what is more disturbing: the ease with which irrational passengers can get other people thrown off flights or the dismal state of math in the United States that calculations are now unrecognizable to many passengers. University of Pennsylvania economics professor Guido Menzio, an award winning mathematician, was asked to leave a flight from Philadelphia to Syracuse because a woman sitting next to him panicked at the sight of his scribbling some strange code on papers. It turns out Menzio was trying to solve a differential equation. Ironically, the very fact that he was using a plus sign in his equations showed that he was not an Islamic extremist.

Voir l’article original 193 mots de plus