« The two faces of January » de Hossein Amini : époustouflant, génial, bouleversant.

Dans l’ombre de plein Soleil

Je ne suis pas d’accord du tout avec cette critique sévère du Figaro.

Ce qui est vrai c’est que le film de Hossein Amini est adapté d’un roman de Patricia Highsmith comme « Plein soleil » de René Clément et comme « L’ami américain » de Wim Wenders (tiré de « Ripley s’amuse »), et ces trois films excellents soutiennent la comparaison.

Mais la spécificité du film de Hossein Amini est l’allusion permanente à la mythologie (normal on est en Grèce puis en Turquie pour la fin du film, d’une beauté et d’une qualité d’émotion surprenantes).

Les deux faces de Janvier (January) sont celles du dieu Janus, célébré par Ovide au début des « Fastes »:

Ovide : Les Fastes

« Mais comment parlerai-je de toi, Janus à double forme? [1, 90] la Grèce n’a aucune divinité qui te ressemble. Dis-nous donc pourquoi, seul des immortels, tu vois en même temps ce qui est devant toi et ce qui est derrière. Tandis que, mes tablettes à la main, je roulais ces questions dans mon esprit, une lumière éclatante se répandit dans ma demeure, [1, 95] et, soudain, je vis paraître devant moi le saint, le merveilleux, le double Janus! Immobile de stupeur, je sentis mes cheveux se dresser d’épouvante; un froid subit glaça mon coeur. Le dieu, tenant dans sa main droite un bâton, une clef dans sa gauche, [1, 100] m’apostrophe en ces termes: »

Disons qu’ici Tom Ripley, le personnage favori de Patricia Highsmith, apparaît avec deux visages : celui de Rydal l’étudiant qui escroque des étudiantes, (Oscar Isaac) et celui de Chester Mc Farland (Viggo Mortensen) qui, plus âgé, escroque en grand des gens qui placent leur argent par son intermédiaire.

Deux imposteurs donc (c’est là l’essence de Tom Ripley) déçus par leur père, et Rydal reporte sa haine sur Chester qui ressemble un peu à son père haï. il va essayer de lui voler sa femme, nouvel Œdipe donc qui veut tuer papa et coucher avec maman..il faut dire que maman (Kirsten Dunst) est bien belle…et papa est méchant et indigne, il rend maman malheureuse…

Seulement elle va mourir, et les deux hommes vont s’affronter à mort, jusqu’à la fin si belle, si poignante, que je ne la dévoile pas ici…j’en suis sorti les larmes aux yeux.

Pourquoi le choix des années 60 ?

Parce que le livre a été écrit à cette époque, et puis parce que c’est la dernière décennie assez proche de la guerre 39-45: les USA étaient encore le leader du « monde libre », et la guerre froide créait une sorte d’équilibre, bref les positions étaient claires, figées, dans une sorte de fausse clarté , mais en 1962 le monde est passé comme on le sait maintenant à deux doigts de la guerre nucléaire.

Les américains n’ont pas de mythologie (leur seule mythologie propre est le western qui ne peut guère concurrencer les dieux grecs), les européens en ont une mais ne la comprennent plus.

Les pays d’islam comme la Turquie où s’achève le film ou l’Iran d’où est originaire Hossein Amini entretiennent encore un autre rapport envers le passé anté-islamique.

Or les forces liées aux « constellations psychiques » que sont les anciens dieux n’en continuent pas moins à jouer à l’intérieur du cœur humain: le père (humain) que rejettent Rydal comme Chester renvoie dans la mythologie grecque au Père qu’est Zeus-Jupiter, le plus ridicule de tous les dieux , représenté comme un violeur compulsif (Europe violée par Zeus prenant la forme d’un taureau) mais craignant la jalousie de son épouse Héra-Junon. Bref un pauvre type, et j’approuve entièrement la mythologie ici, comme lorsqu’elle ridiculise Mars-Ares continuellement cocufié par sa femme Aphrodite-Vénus déesse de l’Amour, dégradée de nos jours ( et là le christianisme est coupable) en les « Vénus des carrefours » que nos vertueux socialistes veulent faire disparaître (seulement ils y échoueront comme leurs prédécesseurs puritains car les »Vénus des carrefours » ont quitté les carrefours et travaillent maintenant en appartements)

Mais Zeus est aussi le père d’Athéna (« sortie de la cuisse de Jupiter ») liée à la Sagesse qui est donc la seule véritable déesse des européens depuis 5 siècles sous la forme de la philosophie, tradition de la critique de toutes les traditions et mythologies (je m’excuse auprès d’Aphrodite que j’admire aussi beaucoup seulement comme dit l’évangile réinterprété par Brunschvicg : « on ne sert pas deux maîtres à la fois », en l’occurrence deux maîtresses)

Brunschvicg montre aussi que dans le système chrétien, réinterprété et transformé par la philosophie, la paternité d’Athéna par Zeus devient celle du Fils-Sagesse-Logos par le Père-Puissance et que toute la philosophie (idéaliste) consiste à refuser de servir le Père et à suivre uniquement le Fils-Sagesse.

Seulement ce que nous révèle entre autres le film de Hossein Amini (et sa fin bouleversante qui se passe à Istambul) c’est que le rejet du Père ou du père (humain) c’est à dire de toute limite aux désirs par les occidentaux modernes et désenchantés que nous sommes n’a rien à voir avec la Sagesse et la philosophie qui devrait pourtant être notre seule tradition si nous étions fidèle à l’esprit européen : la vérité sur nous est dite par Chester à Rydal dans un café d’Istambul : « une fois que l’on a perdu tous ses rêves et tous ses espoirs, il n’y plus que la mort, sauf si l’on rencontre la femme qui était la mienne et que tu m’as prise et qui seule pouvait me sauver »…

Une autre version de la fin de Faust: « L’éternel Féminin nous entraîne vers le Haut »

(Que des producteurs de films pornographiques pourraient interpréter d’une manière encore plus dérisoire que Chester, mais j’ai de la pudeur et je n’en dirai pas davantage)

Ici c’est un autre mythe qui nous apprend la raison profonde de cette chute de l’homme occidental faustien :celui de Narcisse bien sûr qui amoureux de son image reflétée dans l’eau et se penchant pour l’embrasser tombe dans le fleuve..autoérotisme !!!

Mais quel mythe pourra nous apprendre cette vérité profonde : que ni la Femme ni l’Amour ne pourront nous sauver des Ténèbres ?

Peut être « L’obscurité » de Jaccottet comme je l’ai déjà expliqué (le maître à trouvé cette femme et cet amour dont nous rêvons tous, avouons le) ?

Nous avons appris que les femmes sont comme nous dans les ténèbres (regardez toutes ces bellles blondes germaniques qui adoraient littéralement leur dieu Hitler de 1933 à…disons 1942?), quoique d’une autre manière peut être?

Donc résumons : nous sommes tous des imposteurs, et il nous faut tourner le dos à la belle Aphrodite pour suivre la sévère Athéna…pas facile je le sais bien ..et je n’ai pas la méthode pour y parvenir, il nous faudrait ici un nouveau Descartes.

Si du moins nous voulons sortir de l’obscurité ?

Peut être en tout cas pouvons nous ainsi comprendre le sermon, cité par Suzuki dans « Essais sur le bouddhisme zen ») ou un Maître dit que le Zen est « apprentissage dans l’art de cambrioler »), ou bien ce développement extraordinaire d’Alain Badiou au colloque « relations-objets » dont j’ai parlé dans les deux articles précédents :

« La science est une extorsion (un cambriolage) d’univocité au plan de l’Etre et des Formes, des Idées, ou plutôt d’un noyau d’univocité à l’équivocité qui est la loi du monde des phénomènes et des relations »

Or cette extorsion n’est possible, comme l’affirment et Badiou et Brunschvicg, que par la mathématisation de la physique depuis Copernic, Galilée et Newton.

Et si la mathématique n’est qu’une technique, ou un jeu de langage parmi d’autres, la science n’est pas supérieure à la mythologie, Athéna n’est qu’un vain songe et nous restons prisonnier d’Aphrodite (belle geôlière certes) mais aussi du Père qui ne s’appelle plus Zeus mais ALLAH..

C’est peut être pour cette raison que « The two faces of January » se termine à Istamboul ?

Un film en tout cas qui nous entraîne fort loin…sinon vers En Haut comme l’Eternel Féminin.

Une réflexion sur “« The two faces of January » de Hossein Amini : époustouflant, génial, bouleversant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s